Passez au contenu principal Passez au menu de la section

Alertes Cyberaide.ca

Notre expérience avec Cyberaide.ca nous donne une perspective unique sur les nouveaux dangers qui guettent les enfants et les adolescents dans l’espace numérique. Abonnez-vous et vous recevrez par courriel de précieuses informations sur les tendances actuelles et les nouvelles tendances dans les technologies émergentes pour ainsi mieux protéger votre famille dans l’espace numérique.

Abonnez-vous aux alertes Cyberaide.ca

Un courriel sera envoyé à cette adresse. Ce message contiendra un lien sur lequel vous devrez cliquer pour valider votre demande d’abonnement.

Les Alertes Cyberaide.ca sont envoyées par le Centre canadien de protection de l’enfance inc. Vous pouvez vous désabonner en tout temps (contactez-nous).


* Votre adresse courriel ne sera utilisée que pour les motifs pour lesquels elle vous a été demandée. Consultez notre politique de confidentialité pour plus de détails.

Dernière alerte

Cyberaide.ca reçoit des signalements violences extrêmes perpétrées sur DiscordMD


Cyberaide!caMD a reçu plus de 800 signalements en lien avec Discord au cours des 12 derniers mois1. Ces signalements font souvent état de violences extrêmes infligées à des jeunes de 13 à 17 ans sur cette plateforme.

Les signalements concernant Discord ont augmenté de 284 % dans les deux dernières années2 comparativement aux deux années précédentes3. Ce qui est particulièrement troublant, c’est la gravité des cyberviolences dont il est fait état dans les signalements transmis à Cyberaide.ca en lien avec Discord.

Comment les prédateurs entrent-ils en contact avec des jeunes?

Les signalements en lien avec Discord font souvent état d’autres plateformes. Il arrive que des prédateurs rencontrent des jeunes sur une autre plateforme et les invitent à poursuivre la conversation sur Discord, où les choses prennent une tournure sexuelle ou menaçante. Il est facile de communiquer avec des jeunes sur Discord à travers des canaux de serveurs (qui consistent essentiellement en des espaces de conversation), des messages privés et des appels audio et vidéo. C’est parfois dans des « salons textuels » pour ados que les premiers contacts se font, après quoi les jeunes sont entraînés vers d’autres plateformes comme SnapchatMD, InstagramMD et la messagerie texte, où il est plus facile de faire durer les conversations.

Quelles formes prennent les cyberviolences?

Des enfants et des familles signalent que des prédateurs utilisent Discord pour communiquer avec des jeunes au moyen de messages privés et dans des salons textuels. Certains de ces salons sont liés à des groupes extrémistes qui ont la réputation de cibler des enfants à des fins d’exploitation sexuelle. Voici quelques exemples de situations rencontrées :

Le prédateur menace de se faire du mal si l’enfant ne lui obéit pas :

Certains prédateurs recourent au conditionnement et à la manipulation pour convaincre leurs jeunes victimes qu’ils sont en relation et leur faire croire qu’elles ne peuvent pas sortir de cette relation sans conséquences. Cyberaide.ca a reçu des signalements où le prédateur menaçait de se faire du mal ou de s’enlever la vie si la jeune personne ne lui envoyait pas davantage d’images intimes. Cette tactique de manipulation fonctionne souvent parce que la jeune personne se croit en relation avec le prédateur et ne veut pas qu’il se fasse du mal. Dans certains cas, le prédateur va aussi isoler la jeune personne en lui répétant sans cesse qu’il est la seule personne à qui elle peut faire confiance.

Le prédateur menace de faire du mal à l’enfant ou à sa famille :

Ici, le prédateur menace la jeune personne en lui disant que si elle ne fait pas ce qu’il lui demande, il s’en prendra physiquement à elle ou à des personnes qui lui sont chères (menaces d’agression sexuelle, d’agression physique, de meurtre, etc.). Une autre tactique consiste à menacer de partager des images de nudité de la jeune personne ou de la faire passer pour un pédoprédateur.

Le prédateur demande à l’enfant des images d’automutilation :

Cyberaide.ca commence à recevoir des signalements de prédateurs qui incitent des enfants à s’automutiler. Certains exigent des preuves et les partagent ensuite sur Internet. D’autres incitent des jeunes à se suicider et à diffuser leur acte en direct4.

Comment mieux protéger vos jeunes internautes?

Cyberaide.ca recommande aux parents de sensibiliser leurs enfants aux dangers liés à l’utilisation de Discord et d’autres plateformes dotées de fonctions de conversation. Rappelez à vos enfants qu’ils peuvent toujours venir vous parler s’ils sont témoins ou victimes de cyberviolence. Faites bien comprendre à vos enfants qu’ils peuvent toujours compter sur vous, quoi qu’il arrive. Pour connaître les paramètres de confidentialité à vérifier sur Discord, consultez notre précédente alerte concernant Discord, publiée en avril 2023.

Consultez le site Cyberaide.ca pour vous renseigner davantage sur les cyberviolences, savoir comment soutenir votre enfant s’il se fait prendre au piège et signaler un cas d’exploitation sexuelle. En cas de cyberviolence sexuelle, les jeunes sont invités à consulter le site AidezMoiSVP.ca pour trouver du soutien, des ressources et de l’accompagnement.

  1. 1 A  27 mai 2024.
  2. 2 Du 1er mai 2022 a  30 avril 2024.
  3. 3 Du 1er mai 2020 a  30 avril 2022.
  4. 4 CBC News, « Violent online groups are pressuring youth into harming themselves, authorities warn », publié  e 9 février 2024.

Les conseils et autres renseignements fournis dans ce texte n’ont d’autre but que d’informer le lecteur, non de le conseiller. Il revient au lecteur d’évaluer le contenu en fonction de sa propre réalité et de tous les facteurs en cause. Les liens vers des sites externes sont fournis à titre d’information; le CCPE ne peut garantir l’exactitude du contenu de ces sites. Toutes les marques citées appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Contenu à jour en date du 27 mai 2024.

Les renseignements fournis dans ce texte n’ont d’autre but que d’informer le lecteur et ne sauraient être considérés comme des conseils de nature juridique ou autre. Il revient au lecteur d’évaluer le contenu en fonction de sa propre réalité et de tous les facteurs en cause.


Alertes précédentes